FAQ

Skip links

Le portrait et l’image de soi

Partager

LE PORTRAIT ET L’IMAGE DE SOI

introduction à la photographie à visée thérapeutique 

 

Que vous soyez lancé depuis plus ou moins longtemps dans la pratique photographique et notamment le portrait, vous avez sûrement été confronté à des modèles amateurs ou à des clients qui déclarent « ne pas s’aimer en photo ». Pourquoi le rapport à l’image s’invite-t-il dans la relation avec le photographe ?

Un besoin de questionner l’identité

Parce que l’image de Soi est subjective.

Nous sommes sans cesse soumis à ces représentations qui prétendent refléter la réalité de ce que les autres ou nous-mêmes sommes. Ainsi, que ce soit au niveau personnel ou professionnel, l’image de Soi se bâtit en partie via les réseaux sociaux, les images parfaites et irréelles qu’on y trouve ou encore, par des scores tels que le nombre de « like » qui font suite à une publication.

Aussi se joue souvent ici la question de l’exposition de soi (pour augmenter l’estime de Soi), de la présentation de Soi (se présenter sous un jour attrayant pour son estime de Soi), de la recherche d’une reconnaissance, des avantages, ou une identité fictive jugée meilleure que celle de la vie réelle. En filigrane ce qui est en jeu c’est notre image, notre identité. Notre image, qui est la résultante des interactions sociales et de l’intégration de normes, participe à la constitution de notre identité.

Cette quête d’identité, qui se trouve souvent en arrière-plan n’est pas sans effet sur l’image et l’estime de Soi.  C’est une des raisons pour lesquelles un nombre important de femmes ou d’hommes déclarent ne pas être satisfaits de leur image corporelle (que leur corps soit ou non proche des normes en vigueur). Selon un sondage du site Meetic en 2016, 67% des français déclarent ne pas aimer un ou plusieurs éléments de leur silhouette. Quant aux résultats d’études en psychologie (Urdapilleta, 2019), ils indiquent que des personnes surestiment leur corpulence parfois jusqu’à 40 % et se voudraient plus minces. On constate également que nous percevons en général plutôt bien notre corpulence devant un miroir. Par contre, sans miroir, quand nous imaginons notre corps, il n’en n’est plus de même.  Il s’agit bien d’un problème de représentation, d’image de Soi et non de perception.

Le rôle du photographe se transforme

Au-delà du rôle du photographe qui est de capter les moments forts de la vie, il voit arriver de plus en plus de demandes de séances pour développer la confiance en soi, se retrouver. C’est souvent cet enjeu lié à l’image corporelle et au-delà d’image de Soi qui soutend une demande de séance de portrait. Or le photographe n’est pas forcément préparé à réceptionner ces demandes et doit à la fois travailler la technique du portrait et du posing mais aussi la façon d’accompagner une séance de portrait, comprendre quel rôle peut être le sien et quelle limite ne pas dépasser dans ce rôle, face à un client parfois en souffrance.

Face à un sujet en quête d’identité et avec une mauvaise image de lui, le photographe joue souvent la carte de l’empathie et puise dans sa bienveillance pour tenter de s’adapter à celui ou celle qui attend beaucoup de lui. Il peut être bien utile de mieux connaître ces problématiques pour les intégrer dans la séance dès le premier contact et développer les connaissances en psychologie nécessaire pour bien accompagner la personne.

Que faire en tant que photographe lorsque nous sommes confronté à un client qui ne se « trouve pas beau », « gros » etc … ?

On peut déjà agir en l’aidant à mettre en valeur son estime de Soi, que l’on peut définir comme l’évaluation continue de sa valeur, de l’importance qu’il s’accorde en tant que personne.  Pour cela, il s’agit d’aider le client à être fidèle à ce qu’il est, à ce qu’il aime en lui, à ses rêves tout en respectant ses émotions, limites, valeurs, passions. On va ici au-delà de l’image corporelle. C’est une véritable relation qui se joue là dans la séance photo.

Il s’agit d’apprendre déjà à le connaître pour identifier ses demandes au plus près. Cela passe également par la création d’un espace de confiance qui lui permettra d’être le plus proche de qui il est pour que les photos réalisées soient le reflet de sa personne et de sa personnalité. C’est ensuite en adaptant notre communication vers une communication bienveillante, positive et respectueuse. Enfin c’est aussi la posture du photographe qu’il est intéressant de comprendre, pour qu’il fasse la part entre ses objectifs artistiques et ceux du client.

On se rend compte que la réponse à une demande de portrait qui prenne en compte l’image de Soi s’imagine sur tout le processus, de l’accueil à la remise des photos. Chaque étape est importante et le seul temps de prise de vues, souvent vu comme essentiel, n’en est qu’une composante.

Si vous voulez en savoir plus sur ces notions d’estime de Soi et découvrir des outils que le photographe peut utiliser, une formation Portrait et Estime de Soi, proposée par l’Atelier de Charles se déroulera à Paris du 17 au 21 avril 2023. Elle est animée avec un double regard, celui d’Isabel Urdapilleta, chercheuse psychologue et artiste photographe et celui de Marie Manecy, artiste photographe et gérante d’un studio photo spécialisée sur l’art en santé et les effets thérapeutiques de la photographie.

Marie MANECY

Isabel URDAPILLETA

Laissez un commentaire

Return to top of page

Live Chat